Visite guidée au Musée de la photo : L’ombre et la lumière

Photographie 1 : Léon Delange : Les autochromes

Cette collection de photos, nous vient de Léon Delange.

Pour prendre ses clichés, Mr Delange a utilisé le procédé photographique inventé par les frères Lumière en 1903. Celui-ci consiste à écraser, à haute pression, des fécules de pomme de terre colorées (vert, orange ou violet) sur une feuille de verre.

Cette fine couche va capter la lumière et atteindre une couche argentique noire et blanche.

Après l’avoir inversée, nous retrouvons les couleurs souhaitées grâce aux fécules colorées.
Ces photographies sont donc toujours posées sur des plaques lumineuses afin de pouvoir les observer en couleur.

• Explication de l’activité réalisé en lien avec cette photo

Le but est d’observer les autochromes et se rendre compte que les photographies ont besoin de lumière à l’arrière pour que les couleurs et les formes soient perçues. Après cela, pour continuer, nous présenterons un hologramme aux enfants afin de les guider dans la petite chasse aux photos. Nous les emmènerons dans une pièce dite noire afin de présenter l’hologramme, qui, comme les autochromes, a besoin d’obscurité et de faisceaux lumineux pour apparaître. Les enfants seront ainsi guidés via les explications données par l’hologramme.

Modifications

  • –  Ça aurait été bien qu’il y ait un interrupteur à cette photographie pour bien montrer aux enfants l’importance de la lumière sur la photographie : apporter du concret aux enfants (amener un autre matériel qui fonctionne de la même manière que les autochromes)
  • –  Expliquer un peu plus l’importance de la lumière pour les photos
  • –  Mieux expliquer le fonctionnement de l’autochrome :
    • Qu’est-ce qu’un autochrome ?
    • Quel est son fonctionnement ?
    • Explications de l’importance de la lumière pour les photos
  • –  Faire verbaliser les enfants afin de voir s’ils ont compris cette activité

 

Photographie 2 : Roy Schatt

Etats-Unis, 1919-2002
James Dean
De la série Torn Sweater (1954) Épreuve à la gélatine argentique Tirage moderne

  • –  Né en 1909 à New York
  • –  Photographe de l’Actor’s Studio.
  • –  Il a travaillé dans la publicité avant de se spécialiser dans la photographie
  • –  Roy Schatt réalise des beaux portraits de l’acteur James Dean
  • –  Portraits intenses, sincères, loin des images posées et maniérées de l’époqueAnalyse de la photographie

    Ce que je vois

    Sur cette photographie, nous pouvons voir un homme qui regarde vers le photographe. Cet homme est habillé en noir et a une partie du visage (côté gauche) dans l’ombre.

    La photo est en noir et blanc.
    L’arrière-plan de la photo est neutre (sans motif). James Dean est habillé en noir.

    Mettre en contexte
    C’est une photographie de James Dean réalisée par Roy Schatt.
    James Dean est un acteur américain né en 1931 et mort très jeune en 1955. Technique utilisée
    Épreuve à la gélatine argentique.

5

Analyse de la photo en fonction du thème choisi (ombre et lumière)

On voit sur la photo que la partie gauche de la personne est dans l’ombre. On ne distingue pas correctement ses yeux mais nous supposons que James Dean regarde le photographe grâce à l’œil droit qui est un peu dans la lumière.

• Explication de l’activité réalisé en lien avec cette photo

Les enfants doivent observer la photographie et décrire ce qu’ils voient sur la photo plus particulièrement les endroits qui se trouvent dans l’ombre. Après avoir analysé la photo, les enfants doivent se mettre à côté de celle-ci et nous positionnons une lampe au niveau de leur visage pour mettre une partie de celui-ci dans l’ombre et l’autre partie dans la lumière. Le but ici étant de reproduire le même éclairage que sur la photographie observée.

Modifications

  • –  Ce qui n’a pas fonctionné lors de cette activité, c’est lorsque nous avons demandé aux enfants de reproduire ce que James Dean faisait sur la photo, c’est-à-dire mettre une partie de son visage dans l’ombre. La pièce était trop éclairée pour faire comme sur la photo.
  • –  Lorsque nous avons montré un extrait d’un film où James Dean jouait, il y avait trop bruit dans la salle d’à côté, du coup, les enfants n’étaient pas attentifs et étaient attirés parce ce qui se passait de l’autre côté malgré le fait que nous essayions de les interpeller.
  • –  Bien placer les enfants afin que tous puissent voir la photographie et la vidéo qui se trouvait sur la tablette.En conclusion, les enfants ont pu montrer sur la photographie l’ombre qui se trouvait sur le visage de James Dean, mais ils n’ont pas su la reproduire, car il y avait trop de lumière. La photographie était trop complexe, car on ne voyait pas d’où venait la lumière et donc il était difficile d’expliquer aux enfants pourquoi une partie du visage de James Dean était dans l’ombre et l’autre dans la lumière.

 

Photographie 3 : Lisa Kereszi

Lisa Kereszi est une photographe née en 1973 en Pennsylvanie, Etats-Unis.

C’est une photo imprimée qui fait partie d’une collection fantaisiste pour laquelle la photographe s’est intéressée aux milieux du strip-tease et du burlesque.

Nous avons sélectionné cette image car il y a un vrai jeu entre la lumière émanant du spot et l’ombre de la dame.

Sur cette photographie, nous pouvons voir une femme sur scène avec les bras en l’air et les jambes écartées. Nous remarquons également que c’est l’ombre de cette dame qui est à l’arrière car elle est plus grande que la dame elle-même.

Sur cette photo, il n’y a que la dame et l’arrière-plan qui sont éclairés, le reste de la salle est mise dans l’ombre. On ne voit pas les spectateurs.

Nous voyons bien sur cette photo que la lampe est positionnée devant la femme pour bien l’éclairer et c’est cela qui produit l’ombre à l’arrière

• Explication de l’activité réalisé en lien avec cette photo

Pour cette activité liée à la photographie « Dancer on stage » de Lisa Kereszi, nous allons nous rendre dans une pièce du musée qui contient 3 spots lumineux colorés (rouge, vert et bleu) et dont la lumière éclaire le mur opposé. Nous veillerons à rendre la pièce sombre à l’aide de bâches noires, afin que les ombres soient bien visibles sur les murs. Les enfants devront se mettre un par un, face aux spots et poser afin que leur ombre soit projetée sur le mur. Ceux-ci devront faire attention à prendre une position différente de leurs camarades. Nous prendrons chaque enfant en photo et

7

l’imprimerons à l’aide de l’imprimante portable. Les enfants recevront cette photo à la fin des activités quand ils en trouveront le coffre aux trésors.

Modifications

  • –  Lorsque nous nous sommes rendues près de la photographie de Lisa Kereszi, les enfants ont expliqué ce qu’ils voyaient sur la photo, mais ils n’ont pas fait de liens avec notre sujet qui était « l’ombre et la lumière ».
  • –  Lorsque nous avons réalisé les photos dans la salle avec les lumières (rouge, vert, bleu), nous aurions dû prévoir un drap pour mettre au niveau de la porte afin que la pièce soit un peu plus sombre et qu’on puisse mieux voir l’ombre des enfants.En conclusion, nous avons parlé de l’ombre et de la lumière lorsque les enfants prenaient les photos, mais nous aurions dû en parler avant avec la photographie de Lisa Kereszi.

Photographie 4 : La légende de Dibutade

L’auteur

Pline l’Ancien est un écrivain et naturaliste romain. Mais aussi, il est auteur d’une encyclopédie intitulée « Histoire naturelle ». Il a rapporté l’histoire de Dibutade, la fille du potier Sycione. Celle-ci aurait dessiné le portait de son amant sur un mur grâce aux ombres.

La photographie est censée représenter cette histoire mais est bien postérieure à celle- ci.

Le tableau

Sur la photo, nous voyons deux femmes, l’une est plus jeune d’apparence que l’autre. La femme qui semble être plus jeune est en train de poser et l’autre trace l’ombre projetée par la lumière sur le mur. Elles ont toutes les deux la partie supérieure du corps dénudée et ont un foulard pour cacher le bas du corps. La photo est en noir et blanc. Dans le décor, on voit le reflet de la jeune fille et les branches d’arbre sur le mur. Par terre, il y a un chapeau, un tapis et un foulard.

• Explication de l’activité réalisée en lien avec cette photo

Les enfants doivent observer la photo et ensuite par groupe de 2, l’un doit s’asseoir sur le tabouret et l’autre va devoir retracer l’ombre du portait de l’enfant sur la feuille à l’aide d’un marqueur. Ils vont pouvoir voir leurs ombres grâce à la lampe.

Modifications

  • –  À cause du manque de temps, tous les enfants n’ont pas pu réaliser leur portrait.
  • –  Mieux préciser les règles de l’activité : ne pas bouger lorsqu’on pose afin que l’autre enfant puisse mieux dessiner l’ombre du visage.
  • –  Utiliser un marqueur à la place du crayon pour mieux voir l’ombre dessinée par les enfants.En conclusion, les enfants ont compris qu’ils avaient besoin de la lumière pour voir apparaître l’ombre du visage sur la feuille.
    Grâce à la photo, les enfants ont mieux compris ce qu’ils allaient devoir faire.

Photographie 5 : Patrick Fauche

Patrick Fauche est un photographe carolorégien qui fait principalement des photos de mariage et des portraits.

Il avait d’abord fait des études de mécanique automobile et il a travaillé un temps dans cette branche et avait la photographie pour passion.

Finalement, il abandonne la mécanique et se consacre à sa passion. En 1995, il réalise cette photo de la place Charles II à Charleroi. On aperçoit les jets d’eau de la place en action et l’Eglise Saint- Christophe à l’arrière-plan.

• Explication de l’activité réalisée en lien avec cette photo

Nous allons utiliser les cadres aimantés mis à disposition par le musée pour demander aux enfants de mettre en évidence les ombres présentes sur la photographie. Nous essayerons de leur faire trouver d’où provenait la source de lumière pour avoir ces ombres-là.

Modifications

– Les enfants ne voyaient que le bas de la photo et le haut ne leur était pas accessible. On aurait pu prévoir une chaise pour que les enfants puissent aller jusqu’au-dessus de la photo.

En conclusion, cette photographie nous a permis de conclure nos activités. Les enfants ont su placer les cadres sur les ombres qu’ils voyaient.