Visite guidée au Musée de la photo : Les voyages

Accueil :

Nous passons la chanson « Comptine : Les pays du monde » rappelant le thème des vacances en bruit de fond.

Nous leur annonçons que nous allons voyager dans différents pays à partir de photos.

Ensuite nous leur distribuons un collier de fleurs et leur expliquons que ce collier est notre objet de référence. S’ils se perdent, ils savent qu’ils appartiennent au groupe des colliers de fleurs.

Enfin, nous leur expliquons le fil conducteur de la visite : Dans chaque pièce, une musique débute, durant cette musique, ils devront trouver un objet dans la pièce qui aura un rapport avec la photo choisie.

Photo 1 (+/-15’) :

L’auteur : Stephen Feldman.

Ce photographe est américain et habite en Belgique. Lorsqu’il prend des photos, celui-ci reste discret de manière à ce que les gens ne le remarquent pas. Ce photographe est curieux et s’intéresse à la société telle qu’elle est. De plus, il montre les choses telles qu’elles sont, bonnes ou mauvaises.

L’œuvre :

Floride 1967. Cette photo a été exposée en 1992 au musée. Nous demandons tout d’abord aux enfants de nous dire ce qu’ils voient sur cette photo. Ensuite, nous leur expliquons que nous voyons une dame couchée sur sa serviette posée sur le sable, en

avant plan, prenant la pose pour être photographiée par un homme qui se trouve au centre de la photo. Tandis qu’en arrière-plan se trouve la mer. Le photographe que nous voyons n’est pas Stephen Feldman mais un photographe inconnu.

L’activité :

  • –  Nous faisons écouter le bruit des mouettes aux enfants et leur demandons de trouver l’objet mystère (coquillage).
  • –  Nous leur demandons de retrouver la photo dans la pièce correspondant au son entendu et à l’objet trouvé.Notre consigne de départ n’était pas claire pour les enfants car ils se sont mis à chercher n’importe quelle photo dans la salle. Ils n’avaient pas tout de suite compris qu’ils devaient chercher une photographie en lien avec les bruits entendus.

    RESSOURCE : S’ils ne trouvent pas la photo, nous prévoyons l’image sur la tablette afin de les aiguiller.

  • –  Nous leur présentons l’auteur et l’œuvre en quelques mots. Ensuite, nous demandons aux enfants s’ils savent où se trouve la Floride, dans quel continent se trouve-t-elle. Pour leur permettre de visualiser, nous leur montrons une carte du monde sur la tablette, nous localisons avec eux la Floride et leur montrons la distance qui sépare notre pays de celui-ci.
  • –  Nous montrons des appareils photos aux enfants, nous leur demandons de les comparer avec ceux qui sont présents dans la pièce. Ensuite, nous leur posons la question : « Pourquoi faisons-nous des photos quand on part en vacances ? »Pour cette étape, les enfants étaient plus attirés par la découverte de tous ces appareils que par la comparaison entre ceux qu’ils connaissent actuellement et ceux observés.

– Enfin, nous leur expliquons que nous allons changer de pays.

Photo 2 (+/-5’) :

L’auteur : Anonyme

L’œuvre : Egypte 1901.

Il y a une pyramide, celle de Gizhei et elle se trouve à l’arrière plan. Au plan moyen, on voit un sphinx. Concernant l’avant plan, on peut voir deux touristes se trouvant sur des chameaux et accompagnés d’un guide. De plus, on y voit du sable (présent sur toute la

photographie). Nous pouvons constater que les personnes photographiées ne sont pas des personnes pauvres.

L’activité :

  • –  L’entrée dans la pièce suivante se fait sur une musique correspondant au thème des égyptiens « Néfertiti » de Pierre Lozère. Nous leur demandons de trouver l’objet mystère (un vase avec un chameau).
  • –  Nous donnons quelques explications sur l’Egypte et les pyramides. Nous leur demandons s’ils savent où elle se trouve sur la carte du monde. A nouveau, nous faisons la même chose que pour la photo précédente afin de leur permettre de visualiser sa localisation ainsi que celle de la Belgique.
  • –  Nous leur présentons l’œuvre en quelques mots et leur expliquons que nous ne connaissons pas l’auteur. De ce fait, elle est de couleur sépia à cause de l’utilisation du papier albuminé. A cette époque, les photos en couleur n’existaient pas encore. Nous faisons le lien avec la pièce précédente dans laquelle sont présentés d’anciens appareils photos.Nous demandons aux enfants pourquoi le photographe a pris une photo et nous attendons d’eux qu’ils nous disent que c’est pour garder un souvenir.

– Ensuite, nous leur expliquons l’activité qui est le jeu « 1, 2, 3 soleil » dont le but est de prendre la pose d’un égyptien ou d’un pharaon lorsqu’un enfant finit de prononcer la phrase « 1, 2, 3 soleil ». Nous leur demandons s’ils savent ce qu’est un pharaon/un égyptien.

Nous aurions dû faire attention à notre consigne et notamment leur montrer un exemple. Nous avions dû changer de pièce mais celle-ci n’était pas appropriée car elle était trop étroite et était une pièce de va-et-vient.

Cette activité a pris beaucoup moins de temps que ce que nous avions prévu. Tous les enfants n’ont pas pu être le pharaon qui disait « 1, 2, 3 soleil » car des va et vient se faisaient tout le temps dans la pièce.

RESSOURCE : Nous présentons aux enfants des images de pharaon et d’égyptien sur la tablette afin de leur donner des exemples de positions à adopter.

– Enfin, nous leur expliquons que nous changeons de pays de façon « magique ».

Photo 3 (+/-15’) :
L’auteur :

Elina Brotherus vit et travaille à Helsinki en Finlande et à Avallon (en France). Elle aime faire des photos de paysages et de moments quotidiens. Ensuite, elle aime prendre les photos de dos car c’est silencieux, discret, poli et éloigné.

L’œuvre :

C’est un autoportrait : c’est la photographe elle-même qui est sur la photo.

L’activité :

– L’entrée dans la troisième pièce se fait sur la musique : « La montagne et la chanson de Heidi » d’Alain Morisod et nous leur demandons de rechercher l’objet mystère (une pierre).

Dès l’entrée dans la pièce, les enfants étaient absorbés par les différents éléments disposés dans la pièce et par les autres groupes ce qui implique qu’ils n’étaient pas attentifs et ne savaient donc pas ce qu’ils devaient faire.

  • –  Nous leur présentons l’auteur et l’œuvre en quelques mots. Avant de donner des informations sur l’œuvre, nous demandons aux enfants ce qu’ils voient sur la photographie. De plus, nous réalisons la même activité que pour les photographies précédentes, c’est-à-dire que nous localisons avec eux le pays dans lequel cette photo à été prise.
  • –  Ensuite, nous leur présentons l’activité : chaque enfant aura une feuille A3, des marqueurs et une feuille de papier journal afin de protéger le parquet. Le but est de redessiner le paysage qu’ils voient sur le tableau. Nous prenons la décision de ne pas faire dessiner les enfants sur la tablette car nous n’en disposons que d’une seule et ceux-ci risqueraient de s’ennuyer pendant que l’un d’entre eux fait son dessin.Nous avons dû susciter leur intérêt tout au long de l’activité parce qu’ils représentaient la photographie de manière superficielle et ne s’intéressaient pas aux détails présents tels que les cailloux, la neige, etc.

– Une fois qu’ils ont terminé, nous les prenons en photo avec leur dessin. Ils seront positionnés comme la dame sur la photo. Nous collerons leur dessin dans leur dos à l’aide de papier collant pour que celui-ci apparaisse avec l’enfant sur la photo.

Photo 4 (+/- 10) :

L’auteur :

Jacques de Backer est né en France en 1906 et est mort à l’âge de 54 ans. Il a décidé de faire des photos tard dans sa vie. Celles-ci ressemblent à des peintures et c’est voulu de sa part. Les couleurs ne sont pas vives. Ses photos laissent ressentir une forme de tranquillité.

L’activité :

  • –  L’entrée dans la pièce suivante se fait sur le bruit de la mer et nous leur demandons de rechercher l’objet mystère (une pelle de plage).
  • –  Nous leur présentons l’auteur et l’œuvre en quelques mots. Nous réalisons la même activité avec la carte du monde sur la tablette, comme pour les photographies précédentes.
  • –  Ensuite, nous leur expliquons l’activité : les enfants ont plein de matériel à leur disposition (essuies de plage, crème solaire, lunette de soleil, chapeau, ballon de plage). Ils doivent se positionner comme à la plage afin que nous puissions prendre des photos d’eux à l’aide de la tablette. Puis, ils ajouteront des éléments sur les photos de manière à correspondre encore plus au thème de la plage (lunette, chapeaux, boissons, glaces, etc.)Nous avons perdu beaucoup de temps pour cette activité et nous aurions dû limiter le nombre d’objets que les enfants pouvaient choisir. Nous aurions dû insister plus sur le fait qu’ils devaient s’asseoir en demi-cercle en permettant à tout le monde de voir car certains d’entre eux étaient exclus et ne voyaient pas.

– Enfin, nous leur expliquons que nous arrivons à destination dans la prochaine pièce.

Photo 5 (+/-10’) :

Activité non réalisée.

L’auteur de la photo est William Garnett. C’est un photographe qui faisait beaucoup de photos aériennes. Il a été à l’école spécialement pour apprendre l’art et il a toujours fait des photos pendant toute sa vie. Ses œuvres ont été exposées dans beaucoup de musées comme celui-ci.

L’œuvre :

Sur la photo, on voit des oiseaux qui volent. Ce sont en réalités des oies des neiges qui partent vers les pays où il fait froid et on voit le soleil qui reflète sur la photo.

L’activité :

  • –  L’entrée dans la dernière pièce se fait sur le bruit d’oiseaux et nous leur demandons de rechercher l’objet mystère (un petit oiseau).
  • –  Nous leur présentons l’auteur et l’œuvre en quelques mots. Avant de donner des informations sur l’œuvre, nous demandons aux enfants ce qu’ils voient sur la photo. Nous leur montrons aussi une photo des oies des neiges sur la tablette.
  • –  Ensuite, nous leur expliquons l’activité : nous allons apprendre une petite comptine sur des oiseaux.
  • –  Enfin, nous leur expliquons que le voyage est terminé. A présent, ils doivent remettre les objets mystères dans l’ordre. S’ils n’y arrivent pas, ce n’est pas grave. Une médaille leur sera attribuée à la fin de l’activité.Notes générales :
  • –  Une personne quittera l’activité en cours quelques secondes avant la fin, afin de pouvoir mettre la musique pour l’entrée dans la pièce suivante.
  • –  Nous ferons la pause en fonction des besoins des enfants.